La pensée messianique du jour "Samedi le 8 mai au 14 mai 2009"

Publié le par Pseudo : Hecto


La Pensée Messianique du jour pour notre temps
L
ehem Ha Haïm - La consolation

09-05-2009
Administrateur Périodiques - Pensées messianiques pour notre temps-Lehem HaHaïm

La pensée messianique du jour - samedi 9 mai 2009 (*)

La consolation et la miséricorde révèlent le caractère de Dieu qui ne tient pas sa colère à toujours.

Le mot consolation n’est pas celui que nous comprenons, nous occidentaux. La vraie consolation est applicable à celui ou celle qui ne peut pas être consolé car il a perdu irrémédiablement quelqu’un ou quelque chose.

L’ami aime en tout temps et dans le malheur il se montre un frère.

Esaïe 43:3 nous dit « Car je suis l’Eternel, ton Dieu, Le Saint d’Israël, ton sauveur (evy racine hébraïque yasha qui donne le nom de Yeshoua - Jésus); Je donne l’Egypte pour ta rançon (rpk kofer : expiation), l’Ethiopie et Saba à ta place ».

Quel amour et quelle compassion dans le cœur de Dieu ! Les événements actuels sont là pour révéler l’amour de Dieu pour son peuple. Si tout allait bien, comment pourrait-on voir l’amour de Dieu ? Cela est d’autant plus vrai que Dieu est en train de préparer ce moment crucial où le Messie se présentera devant son peuple « Joseph ne pouvait plus se contenir devant tous ceux qui se tenaient auprès de lui. Il s’écria : Faites sortir tout le monde d’auprès de moi ! Et il ne resta personne avec Joseph quand il se fit reconnaître de ses frères. 2  Il se mit à sangloter. Les Egyptiens l’entendirent ; toute la maison du pharaon l’entendit. 3  Joseph dit à ses frères : Je suis Joseph ! Mon père est–il encore en vie ? Mais ses frères ne purent lui répondre, tant ils étaient saisis d’épouvante en face de lui. 4  Joseph dit à ses frères : Je vous en prie, approchez–vous de moi. Alors ils s’approchèrent. Il dit : Je suis Joseph, votre frère, que vous avez vendu pour l’Egypte. 5  Maintenant, ne vous affligez pas et ne soyez pas fâchés de m’avoir vendu ici, car c’est pour sauver des vies que Dieu m’a envoyé en avant de vous. » Genèse 45 :1-5

Malgré le rejet, après tant d’années passées, Joseph n’a pas médité le mal. Yeshoua de même, rejeté par les siens pendant plus de 2000 ans, dira à son peuple : c’est moi Yeshoua et ne soyez pas fâchés de m’avoir vendu pour 30 pièces d’argent, car c’est pour sauver des vies que Dieu m’a envoyé en avant de vous ! » En effet l’aveuglement, l’écartement des juifs avait un but : le salut des nations. 

Esaïe 44:1-2  Ecoute maintenant, ô Jacob, mon serviteur! O Israël, que j’ai choisi! 2  Ainsi parle l’Eternel, qui t’a fait, Et qui t’a formé dès ta naissance, Celui qui est ton soutien: Ne crains rien, mon serviteur Jacob, Mon Israël, que j’ai choisi.

Esaïe 44:5-6  Celui-ci dira: Je suis à l’Eternel; Celui-là se réclamera du nom de Jacob; Cet autre écrira de sa main: à l’Eternel! Et prononcera avec amour le nom d’Israël. 6  Ainsi parle l’Eternel, roi d’Israël et son rédempteur, L’Eternel des armées: Je suis le premier et je suis le dernier, Et hors moi il n’y a point de Dieu.

Esaïe 44:21  Souviens-toi de ces choses, ô Jacob! O Israël! car tu es mon serviteur; Je t’ai formé, tu es mon serviteur; Israël, je ne t’oublierai pas.Esaïe 45:4  Pour l’amour de mon serviteur Jacob, Et d’Israël, mon élu, Je t’ai appelé par ton nom, Je t’ai parlé avec bienveillance, avant que tu me connusses.Israël dans la tourmente de la haine islamiste est sous le contrôle absolu du Vrai Dieu Unique Ehad (dxa).

Le prophète Esaïe, inspiré par l’Eternel principalement pour des temps comme ceux-ci, encourageait son peuple, les juifs, Israël.

Esaïe 5 :18-21 nous parle des temps actuels qui révèlent le vrai cœur de l’homme : la recherche du mal et du péché. 18  Malheur à ceux qui tirent l’iniquité avec les cordes du vice, Et le péché comme avec les traits d’un char, 19  Et qui disent: Qu’il hâte, qu’il accélère son oeuvre, Afin que nous la voyions! Que le décret du Saint d’Israël arrive et s’exécute, Afin que nous le connaissions! 20  Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l’amertume en douceur, et la douceur en amertume! 21  Malheur à ceux qui sont sages à leurs yeux, Et qui se croient intelligents! »

Seigneur console, fortifie, absout, délivre et ouvre les yeux de ton peuple.

Amen !

 

La pensée messianique du jour

- dimanche 10 mai 2009 (*)

Combats


« Combats le bon combat de la foi, saisis la vie éternelle, à laquelle tu as été appelé, et pour laquelle tu as fait une belle confession en présence d’un grand nombre de témoins. »

(1 Timothée 6:12)

« J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. » (2 Timothée 4:7) La Bible parle à de nombreuses reprises de combattre. Le Fils de Dieu est venu sur cette terre pour nous donner la force de combattre, pour détruire comme il l’a fait lui-même les œuvres du diable et pour payer le prix fort du prix du notre rachat.Beaucoup de croyants, se posent la question dans leur cœur s’il y a lieu véritablement de combattre alors que les dés semblent déjà joués, Dieu faisant quand même tout ce qu’Il a prévu, sa Parole nous en fournissant maintes preuves et prophéties à l’appui.En hébreu le mot utilisé pour « combattre » est curieusement le même mot que pour « le pain » mais sans la distinction des voyelles qui n’existaient de toute façon pas à l’époque de Yeshoua. 

Certaines expressions hébraïques sont typiques

« Car c’est le pain de la méchanceté qu’ils mangent, C’est le vin de la violence qu’ils boivent. » (Proverbes 4:17)« Les eaux dérobées sont douces, Et le pain du mystère est agréable! » (Proverbes 9:17) « Tu les nourris d’un pain de larmes. Tu les abreuves de larmes à pleine mesure. » (Psaumes 80 : 6) 

Le pain a parfois une tout autre signification que celle attendue et pourtant il s’agit du même mot utilisé.

 

  1. Le pain est destiné à nous nourrir, il est notre nourriture. De même tout ce qui compte pour nous, tout ce qui a de la valeur à nos yeux sera appelé « c’est mon pain, c'est ma nourriture ». Yeshoua disait cela « ma nourriture est de faire la volonté de mon Père» Les gens du monde aiment et courent après le péché et la méchanceté : c’est leur nourriture.
  2. Notre nourriture à nous est celle de faire la volonté de Dieu, ce pour quoi nous sommes ici sur cette terre : combattre et détruire les œuvres du diable. C’est notre pain, c’est notre combat, c’était le but de la vie de l’apôtre Paul qui peut s’en aller en paix, il a la garantie d’avoir fait ce qu’il fallait : combattre contre satan.

Laham Combattre : Mxl  une racine primaire des verbes combattre, faire la guerre, attaquer, consumer, conduire, contre, livrer bataille, guerre, se battre, soutenir, assiéger, vaincre, manger, à table ; 1) combattre, livrer bataille, faire la guerre 1a) engager dans la bataille, faire la guerre 2) (Qal) manger, utilisé comme nourriture 

Lehem pain Mxl  LSG-pain, manger, nourrir, nourriture, repas, aliment, pâture, mets, provisions, festin, vivres, subsistance, revenus, blé, fruit, abondance, entretien, pain, nourriture, grain, pain de blé. 

Notre pain quotidien est cette épée à 2 tranchants, cette Bible, cette Parole de Dieu qui, dans notre bouche et sur nos lèvres,  est toute puissante pour renverser les dominations.

 

C’est la raison de notre appel. C’est pourquoi Dieu nous garde sur cette terre afin de sauver d’autres âmes.

 

Notre pain c’est notre combat.

La pensée messianique du jour 
Le Pain de Vie

lundi 11 mai 2009

 

את « Je suis le « Alef et le Tav », dit le Seigneur Dieu, celui qui est, qui était, et qui vient, le Tout-Puissant. (Apocalypse 1:8)

« Et il me dit: C’est fait! Je suis le « Alef et le Tav, le commencement et la fin. A celui qui a soif je donnerai de la source de l’eau de la vie, gratuitement. » (Apocalypse 21:6)

« Je suis « Alef et le Tav », le premier et le dernier, le commencement et la fin. » (Apocalypse 22:13)

Frédéric Mans du Studium Biblicum Fransicanum de Jérusalem écrivait "La juxtaposition de la première et de la dernière lettre de l'alphabet ne se retrouve pas dans le premier Testament. Les spéculations hellénistiques sur la symbolique des lettres sont connues. Le judaïsme rabbinique les reprend. Il parlera de la Tora d'aleph à taw pour exprimer toute la Tora. Lorsque Yhwh est identifié avec la vérité (emet) le Midrash Genèse Rabbah explique que la vérité de Dieu consiste à connaître le début symbolisé par la première lettre aleph, le milieu symbolisé par la lettre centrale de l'alphabet, mem, et par la fin de toutes choses symbolisée par la dernière lettre de l'alphabet, taw.

La croix qui effraie tant les juifs et qui est pour eux un « scandale »,  était la forme originelle de la dernière lettre de l’alphabet hébraïque, le "tav" traduit en grec par oméga. La lettre grecque "oméga" n'a bibliquement aucun sens si ce n'est d'être la dernière lettre de l'alphabet grec.

Les caractères protosinaïtiques sont révélateurs

Le Tav avait une forme de croix. La signification hébraïque de cette lettre est « signe », « marque », « signature ».

Le Seigneur Yeshoua HaMashiah, en déclarant qu’il est le premier (alef) et le dernier (tav), déclarait mettre sur le front de ses enfants un signe par le sang (Exode 12 :7), pour les marquer (Ezéchiel 9 :4), les protéger de l’ange de la mort éternelle. Il a signé de son sang le rachat de leur âme, il a mis un sceau sur le front, sur leur main « … afin que tous se reconnaissent comme ses créatures. » (Job 37:7).

Mais que faut-il entendre par « scandale » ?

L’apôtre Paul lui-même dit : « Car la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent (les païens); mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu. 19  Aussi est-il écrit: Je détruirai la sagesse des sages, Et j’anéantirai l’intelligence des intelligents. 20  Où est le sage? où est le scribe? où est le disputeur de ce siècle? Dieu n’a-t-il pas convaincu de folie la sagesse du monde? 21  Car puisque le monde, avec sa sagesse, n’a point connu Dieu dans la sagesse de Dieu, il a plu à Dieu de sauver les croyants par la folie de la prédication. 22  Les Juifs demandent des miracles et les Grecs cherchent la sagesse: 23  nous, nous prêchons Mashiah crucifié; scandale pour les Juifs et folie pour les païens, 24  mais puissance de Dieu et sagesse de Dieu pour ceux qui sont appelés, tant Juifs que Grecs. »

Le verset 18 parle des païens qui périssent sans Dieu. Le verset 23 confirme que ce sont bien les « païens » qui périssent et non le peuple juif qui est toujours avec Dieu. Ces juifs, même scandalisés, ne sont pas considérés par l’apôtre Paul comme ceux des « païens » qui  «  périssent ».

Cette interprétation, s’il est possible quelle suscite quelques doutes et même irritations chez certains chrétiens, laisse malgré tout entrevoir une lueur d’espoir vis-à-vis des millions de juifs gazés et brûlés dans les fours crématoires qui n’ont jamais cru en Yeshoua.

Quel est le chrétien qui oserait décider à la place de Dieu et déclarer qu’ils sont tous en enfer parce qu’ils n’ont pas cru en Yeshoua ?

La grâce de Dieu sur ce peuple qu’Il a lui-même aveuglé est bien réelle.

Cet éclairage montre qu’effectivement Dieu a prévu quelque chose de tout-à-fait particulier dans la fin des temps : le « sable de la terre » destiné pour le règne millénaire.
De la parole même de Yeshoua sur la croix, la croix représente aussi la signature du rachat des âmes des juifs par un pardon d’avance à la croix.
S’il a prévu de corriger très sévèrement son propre fils Israël dans la tourmente millénaire, Dieu a tout-de-même accordé à son peuple un pardon à l’avance à la croix ».
« Père, pardonne-leur car ils ne savent ce qu’ils font » n’était pas adressé au Père pour les juifs il y a 2000 ans. Cette prière était adressée au Père pour tous les juifs de tous les siècles qui ont été ce bouc émissaire aveuglé « pour le salut des nations ».

Pour nous qui sommes sauvés, nous qui faisons partie des «  étoiles du ciel », cette croix est une puissance pour le salut de quiconque croit : des juifs en premier, ceux qui deviennent messianiques. Nous n'avons pas en nous en glorifier.

Aucune différence : les juifs ont donc besoin de la croix tout autant que nous.

Mais s’il est impossible pour eux de croire à un Fils de Dieu parce qu’ils sont « le sable de la terre », il est tout-à-fait impossible pour eux de pouvoir imaginer un seul instant que cette croix est le symbole de ce fils d’Abraham qui devait être sacrifié et qui a été sauvé inextrémis par un bélier coincé par des épines d’un buisson. Pour eux, Dieu ne peut pas mourir, encore moins s’incarner en tant que « fils de l’homme dans le ventre « d’une vierge » et même si le prophète Esaïe lui-même écrivait 7 :14 « qu’une vierge deviendra enceinte ».
Le bois d’Elisée en 2 Rois 6 :1-7, un bois vert qui a été coupé pour faire surnager la hache qui a coulé dans l’eau, nous annonce prophétiquement le sacrifice de Yeshoua.

La croix, un sacrifice abject, volontairement choisi par Yeshoua est à la source de la Puissance de Dieu dans nos vies de croyants en Yeshoua Ha Mashiah.

Amen

 

pensée messianique du jour

Le Pain descendu du Ciel
Jeudi 14 mai 2009


Yeshoua HaMashiah, le Pain Vivant venu du ciel est devenu un véritable scandale pour ceux qui ne comprenaient pas son langage. « Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde. »  (Jean 6:51)

Sans la Foi, nous dit la Bible, il est impossible de plaire à Dieu ni de l’adorer car «  … l’heure vient, et elle est déjà venue, où les vrais adorateurs adoreront le Père en esprit et en vérité; car ce sont là les adorateurs que le Père demande. 24  Dieu est Esprit, et il faut que ceux qui l’adorent l’adorent en esprit et en vérité. »  (Jean 4 :23-24)
 
Il est impossible, pour un incroyant sans la Foi, de comprendre une telle Parole venue du ciel. Pourtant Yeshoua montre que ce pain que le peuple avait mangé dans le désert, c’était une image prophétique de Lui-même, le Vrai Pain qui descendra des siècles plus tard du ciel, incarné dans la chair et qui sera malaxé, pressé comme au pressoir à huile, cuit au four pour finalement être « mangé » et donner ainsi la Vie éternelle ;  « Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit: Il leur donna le pain du ciel à manger. » (Jean 6:31)
« C’est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n’en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts: celui qui mange ce pain vivra éternellement. » (Jean 6:58) 

La Bible montre que Dieu a un Fils qui est descendu du Ciel de la même manière qu'Il y est monté  "Qui est monté aux cieux, et qui en est descendu? Qui a recueilli le vent dans ses mains? Qui a serré les eaux dans son vêtement? Qui a fait paraître les extrémités de la terre? Quel est son nom, et quel est le nom de son fils? Le sais-tu?" (Proverbes 30:4)

Genèse 14:18  nous indique aussi que Yeshoua HaMashiah, qui n'a eu ni début ni fin puisqu'Il est éternel, est venu sur terre déjà avant le temps "Melchisédek, roi de Shalom, fit apporter du pain et du vin: il était sacrificateur du Dieu Très-Haut."

Yeshoua HaMashiah a insisté sur le fait que tous ses disciples devaient non seulement « se nourrir de lui », mais aussi, « être brisés avec lui » – en ne prenant pas seulement part aux mérites de la rançon, mais également en consacrant leur vie à son service. Et il dit même que ceux qui feraient ainsi seront dans le Royaume où ils boiront de nouveau une coupe (de joie) avec lui. Ces pensées devraient enthousiasmer tous ceux qui sont en accord avec leur Seigneur et avec sa Vérité.

Tout comme un vase d’argile reste soumis entre les mains d’un potier, les pâtons de pain sont travaillés par le boulanger puis mis au four pour cuire dans l’épreuve. Il a dit lui-même qu’Il est le PAIN DE VIE et qu’il donnait l’occasion à ses disciples d’être, eux aussi, des pains – sans levain de préférence. Ce Pain de Vie a été préparé avec des grains qui devaient tous être brisés et pilés dans un pilon. D’autre part, le grain ne peut donner vie que s’il meurt.

Dans l’hébreu, la racine hébraïque du mot « boulanger » afah (alef-Pé-Hé) אפה révèle plusieurs curiosités :

Notre Dieu Puissant (Alef : Bœuf), le Dieu Vivant Maître (Genèse 14 :19) et Seigneur Yeshoua, notre Conseiller (Isaïe 9 :5)  le Fils de Dieu, l’époux (Isaïe 54 :5) de la Kehila (« kehila » - « assemblée » mot dont on retrouvera l’origine dans le mishkan), le Prince de la paix (Isaïe 9 :5)  – Sar shalom, le Premier de la nouvelle création (Isaïe 44 :6) (valeur numérique de ALEF =1). Ce boulanger crée son œuvre par sa Parole (Psaumes 119).

De sa Bouche (Pé : la bouche=la face) (Deutéronome 8 :3) sortent des sentences inspirées et il est la Face de Dieu. Ce boulanger est non seulement Celui vers lequel nous tournons les yeux vers les montagnes élevées Psaumes 121 :1 d’où nous viendra le secours (le Fils de Dieu), il a aussi été une personne humaine (le Fils de l’homme) élevée () sur une croix Jean 3 :14. qui a été non seulement comme un olivier mené au pressoir à huile à Gat Samani afin d’être pressé, comprimé jusqu’à sa dernière goutte d’eau de son corps et sa dernière goutte de sang donnée pour notre salut. Il a été aussi placé dans le four d’une épreuve terrible pour être un pain cuit. Le boulanger divin cumule donc deux fonctions : celle de boulanger qui fabrique les pains et celle de pain qui s’est donné lui-même pour être cuit et puis être consommé, c’est ce qu’indique une des traductions du terme hébreu afah = « être cuit »
Lire notre cahier d’étude « le boulanger divin »

Jean 6:34  « Ils lui dirent: Seigneur, donne-nous toujours ce pain. »

Lorsque nous mangeons du pain tous les matins, pensons à notre Sauveur et Seigneur et, si nous nous réunissons dans la kehila pour rompre le pain, nous annonçons sa mort et sa résurrection jusqu’à son prochain retour.

1 Corinthiens 11:23, 26  « Car j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné; c’est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain »
« Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne »

Amen


vivre-c-est-christ-copie-1.gif

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article