Étudier et se nourrir de la Parole de Dieu.

Publié le par Pseudo : Hecto

Une chose essentielle pour notre croissance.
Étudier et se nourrir de la Parole de Dieu


L’ennemi n'a jamais été content : non seulement il place devant nous occupations et obstacles pour nous empêcher d’étudier la Parole, mais encore il arrive aussi, tant de fois, à nous empêcher même de nous en nourrir. Étudier la Parole et s’en nourrir sont deux choses différentes : on peut s’en nourrir sans l’étudier, on peut aussi, si l’étude est purement intellectuelle l’étudier sans s’en nourrir. Certes, les deux choses sont nécessaires, mais qu’au moins nous prenions cette nourriture indispensable à la vie de l’âme ! « L’homme ne vit pas de pain seulement, mais… de tout ce qui sort de la bouche de l’Éternel » (Deut. 8:3).


Lorsque l’ennemi a réussi à nous priver de la nourriture spirituelle, nous sommes à sa merci : que peut en effet contre ce redoutable adversaire un croyant peu ou mal nourri et qui ne sait se servir de la Parole ni comme arme défensive (bouclier) ni comme arme offensive? Bien des vies de croyants ou d’assemblées, si Dieu les retraçait comme celle d’Israël autrefois, témoigneraient probablement du fait que quelque Madian est venu piller les récoltes ! Ce qui est grave, c’est que généralement croyants ou assemblées continuent alors à poursuivre leur route tout comme s’ils étaient bien nourris.

Dans le domaine des choses physiques, l’absence (ou même l’insuffisance) de nourriture ne tarde guère à être ressentie ; dans notre vie spirituelle il devrait en être de même, mais ce n’est pas toujours le cas : on va souvent, inconscient de sa faiblesse et pensant se trouver dans un état normal, bien que n’étant pas du tout, ou pas assez nourri ! Que des difficultés surviennent et la preuve est vite faite de notre manque de force ! C’est dans son amour envers nous que Dieu permet des circonstances manifestant notre réel état, car il veut nous amener à prendre conscience de notre misère et à crier vers Lui.

Comprenons-nous le pourquoi de tant d’épreuves, survenant dans nos vies individuelles ou dans la vie des assemblées, que Dieu nous dispense pour nous faire toucher du doigt notre véritable état ? Ne devrions-nous pas commencer par nous demander si le fait que les difficultés nous semblent parfois tellement graves ne résulte pas pour une large part de notre extrême faiblesse, conséquence de notre peu d’appétit pour la nourriture spirituelle que nous laissons l’ennemi nous ravir si facilement ? Bien des détresses par lesquelles nous sommes amenés à passer sont permises ou envoyées par Dieu pour nous faire crier à Lui après que nous avons compris quelque peu notre misérable état. Lorsqu’il en est ainsi, gardons-nous de gémir sur ce qui nous arrive et de nous arrêter aux causes secondes comme nous le faisons trop souvent : allons jusqu’à la cause première. C’est ainsi seulement que nous tirerons un réel profit de l’épreuve dispensée.
 
soyons bénie!

Publié dans PAROLE DE D.IEU

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article