Témoignage véridique : DU CŒUR DU PÉCHÉ A L’EXCELLENCE

Publié le par Pseudo : Hecto

DU CŒUR DU PÉCHÉ A L’EXCELLENCE

N’GUESSAN A. ULRICH GUY GHISLAIN


 

«Garde ton cœur plus que toute autre chose,

Car de lui viennent les sources de la vie. » Proverbes 4 :23.

 

PRIÈRE 

 

O père céleste, daigne bénir tous ceux qui liront ce livre. Fais-leur savoir que tu viendras bientôt chercher ton Eglise et qu’il est grand temps qu’ils s’attachent véritablement à toi. Permet que ce bouquin les galvanise, les incite à ne point douter de toi.

Et que cela serve de tremplin d’une part aux chrétiens de tenir fermes dans leur foi. D’autre part aux non-croyants de se repentir de leurs actes et de s’approcher sincèrement de toi qui est la source de vie intarissable au nom de JESUS CHRIST. Amen !


REMERCIEMENTS 

   

 « Rendez continuellement grâces pour toutes choses à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus Christ. » Ephésiens 5 :20.

 

Ainsi, je voudrais sincèrement être reconnaissant primo à Dieu pour son amour et sa fidélité qu’il renouvelle de manière sempiternelle envers ma personne. Et de ce que du zéro que j’étais, Il fit de moi un héros pour toujours.

Secundo, j’aimerais de tout cœur remercier le Docteur Patrick Ebed et son assemblée pour leur apport à mon épanouissement chrétien. Tertio, je voudrais solennellement remercier mon Guide spirituel Joël Abissey, qui de par son charisme, fit de moi pour toujours un zélateur de la foi chrétienne.

Aussi, pourrais-je oublier d’embrasser dans l’amour de notre Seigneur Jésus Christ ma bien-aimée Koquin Cynthia qui comme un canal inlassable à œuvré jusqu’à me voir appartenir à Christ pour toujours. Quarto, je remercie ma famille et plus précisément ma mère Danho Marthe pour l’affection qu’elle n’a cessé de me donner.

Enfin, à tous ceux qui m’ont prêté main forte pendant ce labeur, à tous, que le Seigneur Jésus Christ vous comble de ses bénédictions de manière incessante et vous garde dans sa paix à jamais. Amen ! Amen ! Amen !


NOTE AU LECTEUR 

 

Bien-aimé, si tu prétends servir le Seigneur, prépare-toi à être mis à l’épreuve. Arme-toi de courage et de résolution, ne sois pas tourmenté quand la tentation est là. Attache-toi au Seigneur, ne t’en écarte plus ; tu ne pourras qu’y gagner à la fin de ta vie.

Accepte tout ce qui peut arriver et montre-toi patient quand surviennent l’humiliation et les railleries.

N’oublie pas que l’or est éprouvé au feu ; ceux qui plaisent à Dieu doivent aussi passer au creuset des difficultés. Si tu fais donc confiance à Dieu, il te viendra en aide ; suis ton chemin tout droit et espère en lui (Matthieu 5 :10-12 / Jacques1 :12).

 

٭   ٭

٭ 

Ce livre intitulé : « Du cœur du péché à l’excellence. » est un ensemble de récits vécus qui retrace ma vie de façon générale, de l’abîme à Christ en marquant avec minutie chaque étape de mon existence :

  • Des ténèbres à la lumière.
  • De l’affliction à la paix et joie.
  • De l’échec au succès.

 

Ce présent bouquin à été écrit pour faire savoir à tous ceux qui le découvriront que Dieu délivre et sauve encore par l’entremise de Jésus Christ tout homme qui se confie à lui sincèrement. Et qu’Il est capable de rendre des vies de lamentations en des vies de témoignages afin de donner une histoire puissante et un avenir meilleur à quiconque croira en lui et ne s’inquiétera point (EsaÏe 41 :10).

 

٭   ٭

٭ 

Toutes les références bibliques mentionnées dans cet ouvrage sont tirées de la Bible version « Louis Segond ».

 

 

« L’incrédule vit pour lui-même, ne compte que sur lui-même, toute son existence gravite autour de son Moi. » Alfred Kuen, il vous faut naître de nouveau, p.101.

 

Etant convaincu que j’avais ma propre vie et que je ne devais rien à personne, je vivais comme je voulais sans me soucier du Dieu vivant qui me donnait de respirer et qui me protégeait.

Etant issu d’une famille catholique de 6 enfants dont je suis le 5ème, j’allais à l’église de façon désinvolte dans la mesure où depuis tout petit, les parents nous y conduisaient mes frères et moi.

Ainsi, personnellement cela devint pour moi une simple formalité que je devais remplir pour recevoir l’approbation et les privilèges que nos parents nous accordaient.

En cette période, nous étions à Agnibilékrou, ville située à l’Est de la Côte-d’Ivoire (Pays Ouest Africain).

En effet, après mon baptême et ma confirmation, je devins au contraire attaché de plus en plus au plaisir mondain à l’instar des jeunes de ma génération avec lesquels je fréquentais la même communauté tout simplement parce que ces sacrements n’ont eu aucune influence sur moi à cause de l’endurcissement de mon cœur. Aussi, le fait que j’étais enfant de chœur, ne me disait absolument rien. A cet égard, je commençais à fréquenter les buvettes en vogue et à courir après toutes les filles que je voyais. Je voulais, en un mot tout découvrir à cette époque de ma vie. Ainsi, je perçais mes oreilles pour mieux me faire voir. Et cela me plaisait énormément. Je ne voulais qu’exprimer ma volonté et rien d’autre.

C’est dans cette optique que R. Saillens dira dans son célèbre ouvrage “le mystère de la foi” à la page 176, ceci : « le péché, c’est la volonté de la créature s’affirmant contre la volonté du créateur ».

 

Après donc la classe de 1ère, je quittais définitivement Agnibilékrou pour Abidjan (Capitale Economique de la Cote D’ivoire) dans le but de continuer mes études. Dans cette perspective, je suis donc arrivé dans la commune d’Abobo à Abidjan où vivait ma grande famille et où j’étais né également.

Ma venue à Abidjan me donnait alors une double satisfaction parce que je retrouvais cette belle ville que j’avais quittée très tôt avec ma mère pour retrouver mon père qui était en fonction à Agnibilékrou. Aussi, ma joie venait du fait que j’allais découvrir de célèbres buvettes  et de très belles filles.

Ainsi, dès mon arrivée, je m’amusais comme il se fallait, sans retenue. Je continuais donc de vivre de cette manière jusqu’à ce que j’obtienne mon Baccalauréat en lettres en 2003.

Dans le courant de cette même année, mes parents à leur tour, quittèrent définitivement Agnibilékrou pour Abobo du fait de la retraite anticipée de mon père due à son état de santé.

L’année suivante fut donc arrivée. Et nous devions reprendre le chemin de l’école. Ainsi, je fus orienté dans une grande école de la place à Yopougon (Commune d’Abidjan) en Brevet de Technicien Supérieur, option transport logistique.

À ce moment précis, ce fut pour moi un grand challenge que je devais relever du fait de la popularité de cette commune en Abidjan en ce qui concerne la présence illimitée de célèbres buvettes et de prostituées du côté de la « rue princesse ». J’allais enfin m’acclimater à la fameuse « rue princesse » qui suscite l’engouement des personnes dévoyées et qui est une rue très fréquentée en Cote D’ivoire. Une fois donc à Yopougon, la belle vie commença pour moi.

En effet, dans cette première partie, il y a un aspect cardinal que je voulais relever avant de continuer.

À vrai dire, j’étais très éloigné de Dieu à cette époque. Donc comprenez que mes faits et gestes étaient guidés par le diable qui m’utilisait à sa guise. Rappelez-vous cependant de Saul de Tarse qui à un moment donné de sa vie fut également guidé par le diable à telle enseigne qu’il persécuta l’Eglise du Dieu vivant jusqu’à éprouver le meurtre du pieux Etienne qui était un homme dévoué pour l’épanouissement de l’œuvre de Dieu (Actes 8 :1-3).

Dans ce cas, le diable vous aveugle et vous assujettit. Et ce, à vos risques et périls.

Chers lecteurs prenez donc gardes à ne jamais permettre au diable de vous séduire. Car il vous ruinera et ne pourra qu’alors causer votre destruction. Mais attachez-vous davantage au Dieu vivant qui vous donnera la joie de vivre avec plénitude et abondance (Jean 10 :10).

Par ailleurs, ma présence à Yopougon m’égayait de plus en plus.

Et c’était à peine que je pensais à mes parents qui se battaient pour ma réussite estudiantine. Ainsi donc, tout l’argent qu’ils me faisaient parvenir, allait directement dans les mains des gérants de buvettes, d’hôtels et servait également à assouvir les besoins de mon amie. Mais celle-ci finira par me plaquer pour des raisons que j’ignorais. Comprenez alors qu’on ne peut se fier à ce monde qui est entaché de malice et d’hypocrisie. Après donc cela, je devins plus accroc à la cigarette et ma situation ne faisait que s’empirer.

Je suis même allé consulter un mort au cimetière de mon quartier dans le but de revenir avec mon amie que j’aimais aveuglement. Ce qui fut d’ailleurs un échec dans la mesure où les morts n’entendent pas et ne peuvent cependant parler. Ils sont donc inanimés.

Voyez chers lecteurs à quel point j’étais égaré et lié par l’esprit du diable qui disposait donc de ma vie selon ses souhaits. 

Ainsi, pour ne plus être la proie facile d’une quelconque fille, je décidais donc de sortir à la fois avec deux filles.

Avec les années qui passaient, je demeurais toujours le même. Ainsi, lorsque je fus arrivé en deuxième année du Brevet de Technicien Supérieur (BTS), j’éprouvais énormément de plaisir à sécher les cours selon mes humeurs et m’attachais fortement aux désirs charnels.

Ce qui m’amenait d’ailleurs à être un véritable fanatique de la masturbation. Et cela me fascinait. C’était donc une obligation quotidienne pour moi. Ainsi, avec la masturbation je me permettais de fantasmer. Cela me procurait d’énormes sensations et plaisirs.

Par exemple, je pouvais me faire toutes les filles du monde rien que par l’imagination.

 

Sachez alors bien-aimés que sans le savoir, le diable m’amenait petit à petit à ma propre chute. Il m’avait tout simplement ôté l’usage de la raison et du discernement.

Faites donc attention afin de ne pas être la victime de ce monstre si redoutable qui ne cherche qu’à nuire et à atténuer sa soif.

 

Je voudrais néanmoins ouvrir une parenthèse à ce niveau.

Chers frères et sœurs en Christ, notre Dieu est un Dieu jaloux. Et Il souffre beaucoup lorsque nous laissons les choses de ce bas monde aliéner et dominer notre esprit (Jacques 4 : 5).

Dieu nous exhorte donc à nous éloigner de cette terre pernicieuse et à marcher selon son Esprit Saint qui suscitera en nous l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur et la tempérance (Galates 5 : 22).

Contre toute attente, de grands changements bouleverseront le cours de ma vie dans le courant de l’année 2005. Et cela, précisément dans les derniers mois de cette année. A cet effet, il arrivait que parmi mes deux amies, une me quitte du fait de sa conversion véritable à Jésus Christ.

Ainsi, Dieu suscitera avec le temps cette dernière pour m’évangéliser. Mais étant obstiné et ayant le cœur endurci, je m’opposais farouchement à cela du fait que d’une part, je me plaisais à vivre dans l’immoralité. D’autre part, je me disais que j’étais un chrétien catholique baptisé et confirmé et que je n’avais pas besoin d’aide pour hériter de la vie éternelle. J’étais habitué au fait que les prêtes étaient là pour que je me confesse autant de fois que je voulais après avoir péché plus ou moins volontairement. Ce qui était d’ailleurs une aberration dans la mesure où j’allais être jugé tôt ou tard pour tous mes actes que je prenais plaisir à poser ici-bas (Ecclésiaste 12 : 1).

 

À vrai dire, je ne peux que bénir le nom de Dieu pour la vie de cette amie qui comme un canal, à persévéré jusqu’à me voir changer.

Je commençais alors à un certain moment donné de ma vie à me défaire donc de la cigarette et des boucles d’oreille que je portais.

Je voudrais s’il vous plait, vous signaler une chose très importante.

L’arrêt de fumer et de porter des boucles d’oreille est intervenu après une petite réflexion que je voudrais bien partager avec vous. Je fus convaincu d’arrêter toutes ces choses qui sont nuisibles à l’organisme tout simplement parce que plus je fumais, plus je ressentais des picotements au niveau des poumons. Alors, je me suis dis une chose que voici, si à force de vouloir plaire au monde, je devais me causer du tort, il était préférable que j’arrête cela de peur de mourir prématurément. Au fait j’avais l’impression que je précipitais ma mort en l’achetant à la boutique ou à chaque petit coin où se vendait la cigarette qui reste et demeure dangereuse pour tout humain. Prenez donc gardes, vous qui trouvez en elle un refuge qui n’est qu’en réalité une illusion que vous-vous faites.

Au niveau des boucles d’oreille, je me suis dis une chose très simple. Pourquoi vouloir paraître dans le mauvais sens ?

Franchement, sachez que si cela ne tenait qu’à tous ces gens qui portent des boucles dans le monde, jamais ils n’oseraient faire cela. Mais tenant à plaire aux personnes qui les verraient, en particuliers aux filles qui les rencontreraient dans les coins des rues, ils s’adonnent à cette infamie qui de façon voilée leur est préjudiciable du fait des trous à l’oreille qui ne pourront plus jamais se fermer et qui peuvent d’ailleurs mettre en doute leur crédibilité dans certaines circonstances. Je vous mets donc en gardes de ce que moi-même j’ai été une victime vivante de toutes ces choses qui sont abominables aux yeux du Dieu vivant d’Israël qui nous demande donc de garder notre corps dans la sainteté afin que nous ne périssions pas (1Corinthiens 3 : 16-17).

Après cette idéologie, j’essayais plus ou moins de changer l’allure négative que prenait ma vie. Mais étant seul et sans soutien, cela fut véritablement difficile pour moi.

Mais Dieu étant omniscient, savait à ce moment idoine que j’avais besoin d’aide afin de sortir des profondeurs de ce monde. C’est alors qu’Il fera intervenir la sœur Cynthia de façon déterminée pour m’apporter l’évangile de notre Seigneur Jésus Christ. À chaque fois, elle venait me voir et m’exhortait jusqu’à ce que j’accepte de me rendre à l’un des programmes de prière que leur cellule, présidée à l’époque par le frère Assamoi Darius avait organisé.

J’oubliais chers lecteurs un événement important dans le courant de cette période.

 

L’autre amie et moi, nous nous perdîmes de vue et tout contact était rompu à cet effet entre nous. J’avais donc plus d’amie.

Par ailleurs, j’avais fini de passer mon BTS et j’attendais impatiemment mon résultat. J’étais par conséquent rentré à Abobo.

 

Ecoutez chers lecteurs, me connaissant à l’époque, je n’arrivais pas à expliquer ce qui se passait pour que je puisse me retrouver à ce programme de prière.

Mais aujourd’hui, l’Esprit de Dieu m’a convaincu d’une chose : quelque soit l’endurcissement de ton cœur, tu ne pourras pas aussi longtemps te détourner de la face de l’Eternel quand il ressentira le désir de vouloir t’utiliser comme un puissant instrument pour la propulsion de son œuvre. Cela, parce qu’avant que la création ne soit, Il t’avait choisi et te connaissait (Jérémie 1 : 5).

Bien-aimés, l’heure du Seigneur avait sonné pour moi. Et je ne pouvais donc plus reculer de ce qu’une force invisible m’attirait irrésistiblement vers lui. Et c’est au cours de ce programme de prière qui avait pour intervenante, la Prophétesse Sarah qui tenait une église à Ayama, non loin d’Abidjan à l’époque que le déclic finira par arriver dans ma vie.

Réellement, pendant l’intervention de la servante de Dieu, il eu un moment où, elle marqua un temps d’arrêt et me fixa longuement dans les yeux. Et certainement inspirée par l’Esprit de Dieu, elle donna une parole de connaissance sur ma vie. Cette parole fustigeait sans ambages la masturbation que je prenais plaisir à pratiquer et ma vie de débauché. Etant donc éberlué, j’analysais cette parole. Il n’y avait aucun doute, c’était Dieu qui était intervenu afin de parler à mon esprit. Je fus donc saisi d’effroi dans la mesure où c’était la première fois qu’une telle chose arrivait dans ma vie (Actes 9 : 6).

À l’issu donc de ce programme, je me suis plongé dans une longue méditation en me posant plusieurs questions. Mais figurez-vous, une seule question parmi cette pléiade d’interrogations captivait mon esprit : pourquoi est-ce que parmi tout ce peuple qui était présent, Dieu s’est-il intéressé au pécheur que j’étais en révélant une parole sur ma vie?

C’est plus tard que j’ai pu simplement obtenir une réponse à cette question fondamentale qui me tourmentait.

En effet, l’Esprit de Dieu me persuada d’une chose : lorsque Dieu révèle une parole sur la vie d’un pécheur, c’est pour le voir changer et l’appartenir pour toujours. Ainsi, il faudrait que vous compreniez que la révélation de Dieu sur la vie d’un païen n’a pas d’autre but que pour ce dernier de reconnaître d’abord son état de pécheur comme fit le Publicain dans le livre de Luc, le chapitre 18 au verset 13. Ensuite, de regretter ses mauvaises actions comme fit l’Apôtre Pierre après sa trahison envers notre Seigneur Jésus Christ (Matthieu 26 : 75). Enfin, de réparer ses fautes à l’instar de Zachée dans Luc 19 au verset 8 qui comptait restaurer tout ce qu’il avait volé. En un mot, toute cette formule, nous ramène au principe de la repentance qui est l’unique clé de notre liberté (Psaumes 32 : 3-5). Aussi, sachez que Dieu dans sa magnanimité ne fait acception de personnes du fait qu’Il désire que tous, nous soyons sauvés et parvenons à la connaissance de la vérité (1Timothée 2 : 3-4).

Après tout cela, je conclus donc que Jésus se révéla à moi par amour et de ce qu’il m’avait prédestiné à son œuvre. Je ne pus que l’accepter et fit de lui mon Seigneur et Sauveur personnel jusqu’à la fin des temps. Mon “Moi” qui était jusqu’à là, l’apanage de l’égocentrisme, fut alors abolit afin de laisser Jésus régner dans ma vie à jamais.

Je pouvais par conséquent dire comme le célèbre professeur de théologie A.H. Francke : « le rêve était terminé, et je me réveillais donc ».

Je tiens donc à lancer un vibrant appel à l’endroit de toute personne qui lira ce livre. A toi qui spécialement ne connaît pas de façon véritable Jésus Christ de Nazareth et qui n’a jamais vécu une expérience sincère avec lui du fait de ta réticence. Je prie que maintenant, tu comprennes une chose : si moi qui autrefois fumait, buvait, trompait mes parents et qui était follement lié au monde, j’ai pu faire actuellement la paix avec Dieu par l’entremise de son Fils Jésus Christ. Sache, que cela est possible pour toi aussi du fait qu’Il est le même hier, aujourd’hui et demain (Hébreux 13 : 8).

« Approchez-vous de Dieu, et Il s’approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs ; purifiez vos cœurs, hommes irrésolus. » (Jacques 4 : 8).

Ainsi, Dieu fera votre joie et l’ennemi sera donc confus.

 

Après que j’eu saisi la vérité, sa connaissance me libera et fit de moi un homme accompli. C’est pourquoi, je ne peux me retenir de chanter à chaque fois que j’y pense ce cantique fabuleux que le Saint Eprit m’a inspiré :

 

Dans ma détresse, tu m’as ramené à toi.

Du sein des séjours des morts, tu m’as ramené à la vie.

J’étais dans l’abîme, dans le cœur du monde et les plaisirs charnels m’enivraient.

Mais toi Eternel, tu m’as restauré et délivré à telle enseigne que ces choses soient pour moi une abomination aujourd’hui.

Les fondements de la terre m’engloutissaient à jamais ; mais tu m’as fait remonté vif de la fosse, Eternel mon Sauveur !

J’étais ami du monde et je me plaisais dans ses délices mortels.

Tu te souciais de moi, à mon tour, je ne pensais qu’assouvir mes désirs jusqu’au point où je ne pus te voir.

Mais dans ta miséricorde, tu es allé jusqu’à me retirer des bassesses du monde.

Tu as fais de moi ton élu pour toujours.

C’est alors que j’ai compris que le salut vient de l’Eternel, le Roi des Rois.

 

Oui, je pouvais tout simplement dire que Dieu m’a permis de passer des ténèbres à la lumière.

Cependant, malheureusement en cette fin d’année 2005, j’obtins mon résultat de BTS et ce fut négatif. Mais contrairement à ce que tout le monde pouvait s’attendre, je n’étais pas trop abattu parce que je venais de faire la connaissance de quelqu’un de spécial en la personne de Jésus Christ qui avait de par sa bonté apporté une autre coloration à ma vie.

Comprenez donc par là, que ma conversion a donc compensé cet échec. Et la force qui me fut donnée par notre Seigneur m’amenait à ne point baisser les bras, ni à me résigner quelques soient les barrières, les entraves et surtout à cause de ce fiasco.

Par conséquent, je me réjouissais du fait que de la mort, je fus passé à la vie.

Que Dieu soit loué ! Amen ! Amen ! Amen !   

 

A ce niveau, nous étions toujours dans les derniers mois de l’année 2005.

En fait, les événements qui étaient à cette époque survenus dans ma vie, étaient loin de s’achever. C’est à cet effet que, contre toute attente, je perdis mon père le 11 Décembre 2005. Et ce fut pour moi un moment pénible. Je me suis laissé donc entraîner par le courant de maintes questions qui me parvenaient à l’esprit. À peine j’accepte Jésus comme mon Sauveur et Seigneur personnel, je perds mon père.

Qu’est-ce qui a bien pu se passer ?

Est-ce ma rétribution ?

Dieu m’a-t-il abandonné ?

La mélancolie et la réticence m’envahissaient donc. Je ne savais où donner de la tête nonobstant les soutiens qui ne cessaient de fuser en ma direction.

Mais, après tout ce laps de temps, par l’intervention signalée du Saint Esprit, je pus être consolé et fortifié. Je compris beaucoup de choses, et je devais par conséquent accepter cela et faire face à la réalité qui s’imposait à moi.

Au fait, vous devez comprendre par là, que si un homme parvient un jour à la naissance et qu’il y a de la joie au sein de sa famille, ce même homme est appelé aussi un autre jour à mourir. Et cette joie qu’ont connue ses parents, se transformera aussitôt en pleurs et cris de tristesse. En un mot, il faudrait savoir qu’une génération s’en va et une autre vient. Telle est la volonté de Dieu et la loi de la nature qu’Il a établi (Ecclésiaste 1 : 4).

 

Par ailleurs, le décès de mon père retarda un tant soit peu ma rentrée scolaire pour l’année académique 2005-2006. Mais grâce à la puissance de Dieu manifestée en Jésus Christ, je pus m’inscrire et suivre les cours. C’était donc ma dernière chance pour le BTS au compte de l’Etat. Il fallait donc la saisir crânement et dignement. Ainsi, je retournais à Yopougon avec l’intention de relever un double défi cette fois-ci. Mon premier challenge était évidemment le BTS. Mais de l’autre côté, il fallait faire face à tous mes amis qui depuis Yopougon, savaient que j’étais devenu enfant de Dieu, véritable disciple de Christ né de nouveau pendant que j’étais à Abobo.

Eu égard à cela, ma présence de nouveau à Yopougon n’était pas comme j’ai l’habitude de le dire : “du gâteau sur la table”, c’est-à-dire chose facile. Il fallait simultanément bosser fortement et faire adopter ma nouvelle nature à mes amis par la douceur, le respect et l’abnégation. Ce qui fut d’ailleurs compliqué. Mais ma foi en Christ était tellement authentique que cela ne me permettait pas de relâcher aussi facilement.

Oui, la foi, j’allais dire est notre réaction devant toutes les situations auxquelles nous sommes confrontées.

la Bible déclare à cet effet : « Je vous le dis en vérité, si vous aviez de la foi comme un grain de sénevé, vous diriez à cette montagne ; transporte-toi d’ici là, et elle se transporterait ; rien ne vous sera impossible. » (Matthieu 17 : 20).

À vrai dire, le diable ne s’est pas fait prier pour commencer à vouloir semer le doute dans mon esprit.

À cet effet, bien-aimés sachez une chose très capitale. Ne laissez jamais le diable vous entraîner dans une réflexion quelconque. Une fois que vous lui permettez de vous aborder, il suscitera le doute en vous, en vous amenant à remettre en cause la parole de Dieu.

Souvenez-vous un peu de l’histoire d’Adam et d’Eve dans le jardin d’Eden.

 

Ce couple si merveilleux, s’est laissé entraîner dans un dialogue trompeur avec le diable qui était et demeure très rusé.

Ainsi, il saisissa cette gaffe afin de les amener à se rebeller contre les consignes et l’autorité du Dieu vivant. Et, vous êtes sans ignorés que cela leur fut préjudiciable (Genèse 3).

Retenez ceci, pour ne pas subir le même sort que ce premier couple, résistez avec une foi ferme à Satan afin d’en sortir victorieux de toutes ses tentations (1Pierre 5 : 9).

 

À cet effet, il y a une expression proverbiale qui dit : “ tu ne peux empêcher les oiseaux de voler au-dessus de ta tête. Mais tu peux les empêcher de faire des nids dans tes cheveux.”

Cela, rien que pour vous dire qu’on ne pourrait jamais empêcher le diable de nous tenter parce que telle est sa mission jusqu’à la fin des temps. Cependant, l’on peut refuser de se laisser séduire et aliéner par ses ruses qui représentent en réalité une occasion de chute pour nous.

 

En effet, je voyais le diable se manifester ouvertement. Et cela se passait dans la  vie de plusieurs de mes amis qui venaient me voir. Réellement, il était quasi rare de voir parmi eux, quelqu’un venir m’encourager et me demander de persévérer dans la chrétienté.

Par contre, des gens venaient en dépit de mon nouveau statut dont ils avaient connaissance, m’inviter à aller boire une bière ou bien même plus, à nous adonner à des virées nocturnes à la recherche de jeunes filles.

Alors, je me demandais donc, si la vie chrétienne, était pour ces derniers une vie étrangère ?

Evidemment que non, dans la mesure où ils allaient à la messe tous les dimanches, écoutaient les homélies faites par les prêtes et communiaient. Plus ou moins, ils avaient une notion de ce que c’était que d’être chrétien. Alors, la question devait se situer à un autre nouveau !

Faisaient-ils partir de ces chrétiens qui donnent l’apparence de la piété, mais reniant ce qui en fait la force ?

Oui, le Seigneur a bien dit : « quand ce peuple s’approche de moi, il m’honore de la bouche et des lèvres ; mais son cœur est éloigné de moi, et la crainte qu’il a de moi n’est qu’un précepte de la tradition humaine. » (EsaÏe 29 : 13).

Ainsi, je conclus que ses anciens amis se bornaient à écouter la parole de Dieu au lieu de la mettre en pratique du fait de leur attitude à mon égard qui était tout de même stupéfiante.

Je pris donc une résolution ferme envers eux dans la mesure où j’étais une nouvelle créature, les choses anciennes étaient passées. Et je ne devais par conséquent plus revenir là-dessus.

Je décidais donc de me référer à la bible et de m’écarter d’eux, dans le simple fait qu’elle affirme ceci sans détours : « ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité ? Ou qu’y a-t-il de commun entre les ténèbres et la lumière ? » (2Corinthiens 6 : 14).

 

Après toutes ces choses, j’allais donc paisiblement aux cours. Je vous assure, à l’école j’étais mieux au point de ce que j’étais entouré de plusieurs autres amis qui eux, véritablement avaient la crainte de Dieu. Ainsi, à chaque fois, on s’exhortait. Et cela fortifiait chacun d’entre nous. Et même, on avait une cellule de prière que certains de mes frères en Christ dirigeaient. De là, je grandissais dans la foi et je parvenais à être stable dans ma marche chrétienne.

Mais écoutez, le diable n’était pas d’accord avec cette quiétude, cette paix que je ressentais. Alors, il s’agitera encore plus dans l’intention de me voir retourner dans le monde et me lier à mes anciennes habitudes. Quelle stupidité !

 

 

C’est à ce moment précis que ma grande famille rentrera en jeu et commencera à manifester ouvertement son opposition carrément à ma nouvelle vie.

Cependant, sachez chers bien-aimés encore une chose précieuse, quand Dieu se révèle à vous par le canal de son Fils Jésus Christ et que vous devenez chrétien né de nouveau, ne vous attendez pas du tout à la facilité parce que ce n’est pas ce à quoi il vous appelle.

La vie chrétienne, n’est pas une vie de simplicité, de paresseux dirai-je. Mais bien au contraire, une vie de défi, de combat, de challenge. Encore, c’est une vie ou Dieu voudrait voir des personnes qui osent, qui sont capables de tenir tête au diable et de le vaincre par la puissance suprême de Jésus Christ.

« Oui, tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde ; et la victoire qui triomphe du monde, c’est notre foi. » (1Jean 5 : 4). N’ayez donc pas peurs chers amis !

 

Ma désolation, viendra en grande partie de ma grande famille qui causera sans crainte mon affliction.

En effet, je suis issu d’une grande famille catholique du groupe ethnique “Ébrié” venant d’Abobo-té, village situé dans la commune d’Abobo (Abidjan). À l’instar de tous les “villages Ébrié”, Abobo-té est plongé fortement dans la tradition (fêtes de génération, danses guerrières, réunions intempestives de catégories, etc.)

Et ce village, ne jure que par sa tradition qui souvent l’aveugle et l’empêche d’admettre la vérité, j’allais dire. Je vous expliquerai donc cela par le biais des lignes qui suivront.

À vrai dire, dans ce village, les églises locales à caractère évangélique ou protestant ne sont pas acceptées à condition que cela soit à l’extrémité du village ou bien même reculé de façon à ne point attirer l’attention des villageois. Pire, être chrétien évangélique ou protestant, c’est être égaré et aller contre la loi à Abobo-té. Aussi, c’est être le déshonneur de sa famille. En un mot, tu es la risée du village.

À Abobo-té, on admet et reconnaît que deux (2) sortes de communautés : les Catholiques et les Harris. La dernière communauté citée, est plus représentée en Afrique et est basée sur la doctrine d’un certain Prophète Africain WILLIAM WADE HARRIS.

C’est dans ce contexte, que vous verrez la répartition du cimetière comme suit : une partie réservée aux Catholiques et une autre partie aux Harris. Ainsi, lorsque vous êtes chrétiens évangéliques ou protestants, votre famille s’expose donc à maintes sanctions d’où des amendes en cas de votre décès afin d’accepter de vous enterrer dans l’un de ces cimetières selon l’appartenance de vos parents. Au fait, ce cas est seulement possible si le conseil des villageois finit par s’entendre avec votre famille. Sinon, pour la plupart du temps, vous êtes enterrés en dehors du village. Telle est la loi à Abobo-té.

Ce village a donc proscrit la loi de Dieu pour se laisser leurrer et assujettir par sa tradition (Matthieu 15 : 6).

Quelle vanité ! (Jérémie 10 :3).

De façon réelle, ce qui me surprend, c’est le fait que ce village se réclame dignement être sur le droit chemin, et que ce sont les chrétiens évangéliques ou protestants qui sont dans l’erreur.

Oui, je ne comprenais rien et je me posais donc une question : pourquoi des gens qui se disent justes, puissent se soucier plus au lieu où on mettra quelqu’un après sa mort, c’est-à-dire au cimetière qu’à l’endroit où reposera son âme éternellement ?

Au fait, c’est comme-ci, ce village admettait le principe que si, on ne t’enterre pas dans l’un de ces deux (2) cimetières qu’il possède, tu n’auras pas suffisamment de grâce pour entrer au Paradis ou bien même que Dieu ne t’accueillerait pas dans son royaume. Quelle sottise !

 

Il est donc important pour chacun d’entre nous de comprendre ceci : le salut d’un vrai chrétien, ne dépend d’aucune façon d’une tradition quelconque ou des nombreuses doctrines établies par la race humaine. Mais plutôt, de la ferme croyance en notre Seigneur Jésus Christ

De Nazareth (Actes 16 : 31 / Jean 3 : 16).

Cela est d’autant plus dommage de savoir que nos parents à Abobo-té, ignorants la sainte doctrine du Dieu vivant qui prône l’amour dans sa globalité, se plaisent toujours à persécuter et harceler les chrétiens évangéliques ou protestants. Il faut cependant noter que seuls les violents, les dévoués, s’imposent à leurs parents et vivent pleinement leur foi chrétienne en vue d’être sauvés et faire partie du royaume des Cieux pour toujours (Matthieu 11 : 12).

 

Personnellement, j’ai subi pas mal d’affronts de la part de ma grande famille qui n’osait même pas se soucier et prendre soin de l’orphelin que j’étais comme Dieu l’a prescrit dans sa loi. Seulement ma mère et mes cinq (5) frères et sœurs m’épaulaient et m’aidaient de ce qu’ils comprirent beaucoup de choses. Je voudrais pour attester cela, vous faire part d’une petite histoire que ma mère me raconta :

Elle m’a fait savoir qu’un jour, elle fut appelée par l’un des amis de mon père. Et immédiatement, elle pensait que c’était pour la fortifier quant à la disparition de son mari afin que cela ne soit pas pour toujours, un handicap à son bien-être. Mais bien au contraire, ce monsieur se mit à lui faire des remontrances de ce qu’elle cautionnait le fait que son fils, c’est-à-dire (moi) soit chrétien évangélique. Ce qui était pour lui, un opprobre pour la famille. Evidemment, il voulait que ma mère s’oppose à ma conversion et surtout au fait que j’étais évangélique. Par ailleurs, ma mère étant éberluée, choquée, lui fit comprendre tout simplement que si cette nouvelle nature faisait mon bonheur, il n’y avait pas de raison valable à ce qu’elle s’oppose à cela.

Comprenez donc qu’au-delà du fait d’être converti à Jésus Christ n’est pas chose aussi simple, cela est d’autant plus compliqué à Abobo-té à cause de l’insurrection des parents.

 

Mais rassurez-vous, lorsque Dieu vous choisit et décide que vous soyez son élu, il vous gardera et vous épargnera des mauvaises œuvres des hommes (Psaumes 118 :6).

Et, cela se manifestera de manière invisible par la puissance du Saint-Esprit qui vous fortifiera de façon à être vainqueur. Oui, l’Eternel ne vous délaissera pas !  Il prendra donc soin de vous afin que personne ne vous fasse du mal. Tel est l’un de ses principes à l’égard de ses enfants  (Deutéronome 31 : 8).

 

De facto, j’étais considéré particulièrement comme un étranger voire comme un inconnu de la part de ma grande famille. C’est ainsi, que personne surtout à leur niveau ne cherchait à savoir comment est-ce que je m’arrangeais pour aller à l’école compte tenu du transport ? Aussi, comment je mangeais et parvenais à assouvir certains de mes besoins en étant à Yopougon ?

Je vous assure que seule ma mère se battait pour me faire parvenir de quoi à pouvoir résister seulement qu’une semaine. Et à chaque fois que la semaine finissait, il fallait qu’elle me trouve un peu de sou pour la semaine suivante. C’était en effet, ma croix que je portais. Et cela était extrêmement pénible pour moi qui devait au-delà de cette situation, bosser dur afin d’avoir le BTS. Sans même le vouloir, j’ai commencé à prendre un coup au niveau de mes études parce que je n’arrivais plus à aller à l’école et à bosser convenablement.

Dans ce contexte, chers frères et sœurs, j’étais affligé et désespéré quant à mon BTS que je voyais inexorablement et impuissamment s’éloigner de moi.

 

Mais sachez chers amis, qu’à chaque fois que vous serez abattus, Dieu interviendra pour vous relever.

Quand bien même tout le monde vous oubliera, Il sera là. A cet effet, Il dit sans fard : « une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle allaite ? N’a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles ? Quand elle l’oublierait, Moi je ne t’oublierai point. » (EsaÏe 49 : 15).

Alors, Dieu interviendra par le canal de mon Guide spirituel pour me soutenir financièrement et me donner de sages conseils afin de mieux poursuivre mon année académique. Aussi, je ne saurai me taire devant la bienfaisance de certains frères et sœurs en Christ à mon égard rien que pour me voir obtenir mon BTS. Dieu m’a donc témoigné de sa fidélité par le truchement de toutes ces aimables personnes. Que son nom soit à jamais loué !

 

Avec tous ces soutiens, j’allais par conséquent paisiblement à l’école jusqu’à ce que je puisse passer mon BTS.

Cependant, je ne saurai l’expliquer, il arrivait que j’échoue pour une seconde fois à cet examen. Je fus donc renvoyé.

Fort de ce constat, j’étais comme frappé d’une touffeur qui me submergeait. Et ma vie semblait être remplie que d’arias.

Ma grande famille et mes anciens amis avaient-ils raison, quand ils me disaient que j’étais égaré du fait de l’abandon de l’église catholique et de toutes ses doctrines ?

Devrais-je continuer à suivre Dieu qui au-delà de tout ce qui se disait sur mon compte, ne me donnait pas gain de cause afin que je puisse à jamais proclamer haut et fort sa grandeur ?

Ce second échec incitait donc ma grande famille et certains de mes anciens amis à médire à mon endroit. J’étais devenu cependant le sujet de causerie de maintes personnes qui se permettaient de se gausser de moi quand cela leur enchantait. Oui, ces personnes ne comprenaient pas le fait que moi qui disait à chaque instant que j’étais devenu un vrai chrétien et ami de Jésus, arrivait à échouer par deux fois au BTS tandis qu’elles, qui vivaient à leur guise, arrivaient à réussir à leurs examens.

Mon ami personnel Jésus m’avait-il oublié ?

Me reconnaissait-il vraiment ?

Toutes ces interrogations circulaient dans les débats tant à Yopougon comme à Abobo dans les lieux où je vivais.

À vrai dire, pendant ce moment, j’étais plus qu’affligé de ce que tout cela me blessait et m’humiliait.

 

Aussi, au niveau de notre cellule de prière à Abobo, la quasi-totalité des personnes qui avait passé un examen quelconque était admise.

Je vous laisse donc imaginer ce que je pouvais ressentir à cette époque !

Non, je n’avais rien contre ces frères et sœurs de la cellule qui étaient admis. Encore moins contre tous ces anciens amis qui étaient dans le succès.

Au fait, j’étais tout naturellement absorbé par un grand vide.

Oui, comment Dieu qui voyait la peine avec laquelle j’allais à l’école a pu permettre que je sois confronté pour une deuxième fois à un fiasco ?


Je n’arrivais plus à comprendre pourquoi ma souffrance était-elle continuelle ?


Pourquoi ma plaie était-elle si douloureuse, et ne voulait-elle pas se guérir ?

 

 

Avec le temps qui s’écoulait, je ne voulais rien faire comme activité. Et je me repliais et me renfermais sur moi.

Mais aujourd’hui, je veux vous assurer que ce n’était pas la meilleure attitude à adopter.

Bien-aimés, comprenez qu’éventuellement, il peut arriver que votre marche chrétienne soit parsemée de confusions ou de malheurs.

Dans ce cas, souvenez-vous alors du sort infligé à Job qui était pourtant un serviteur fidèle, ayant la crainte de Dieu. Quelle fut à cette époque, sa réaction ?

La Bible déclare sans fard, qu’il bénit Dieu tout simplement pour tous ces désastres qu’il a subis sans pécher (Job 1 : 20-22).

Il faut se mettre à l’esprit en tant que chrétien, que les maux et les biens viennent de Dieu, qui peut souvent nous éprouver comme bon lui semble (Lamentations 3 : 37-38).

Alors, pourquoi se plaindre ?

L’Eternel a de la bonté pour qui espère en lui, pour l’âme qui le cherche. Il est donc bon et sage d’attendre son secours  en silence (Lamentations 3 : 25-26).

Je pense et je suis plus que convaincu maintenant que dans tous nos moments de souffrance, nous devons nous comporter comme Job l’a fait vis-à-vis du Dieu vivant d’Israël qui au temps opportun l’a rétabli dans ses droits (Job 42 : 10-17).

Oui, chers lecteurs, je compris plusieurs choses : notre Dieu, est un Dieu souverain et on ne peut comprendre souvent ses actions. Le prédicateur Watchman Nee abonde dans ce sens lorsqu’il dit : «  quand nous voulons essayez de comprendre Dieu, c’est comme une fourmi qui veut connaître l’homme. Cela est donc impossible dans la mesure où, nous ne pouvons pas concevoir sa vie, sa nature et sa façon de penser ».

Il faut cependant retenir que, Dieu est à un niveau tellement élevé qui surpasse notre champ de réflexion. Ces voies sont donc incompréhensibles (Romains 11 : 33).

Tout ce que nous devons faire, c’est d’accomplir notre part, c’est-à-dire lui rester soumis et fidèle malgré tout en portant notre croix. Lui à son tour, nous relèvera afin que nous qui étions autrefois blâmés, daubés, rejetés par notre entourage, nous soyons une source de bénédiction à son endroit.


٭  ٭
٭

 

Par ailleurs, l’Esprit de Dieu m’amène à apporter une précision de taille à l’endroit de toutes les tribus qui de près comme de loin réagissent comme Abobo-té.

Que ceux qui ont des oreilles entendent ce que l’Esprit dit :

Quand le Seigneur reviendra, vertu de gloire. Retenez bien ceci, Il ne viendra pas vous chercher à cause de vos communautés. Autrement, Il ne viendra pas vous chercher du simple fait que vous êtes, Catholiques, Harris, Protestants ou bien même Evangéliques.

Non ! Jésus viendra plutôt chercher son Eglise qui, représente son corps, c’est-à-dire l’ensemble de toutes les personnes qui de façon véritable ont fait de lui leur Seigneur et Sauveur personnel en obéissant à ses commandements minutieusement (Ephésiens 5 : 23).

Alors, pourquoi vous-vous battez ?

Encore, votre dénomination suffit-elle aux yeux de Dieu pour vous sauver ?

Revenez donc à la raison et soyez humbles d’esprit !

 

 ٭  ٭

٭

 

Autrement, après toutes ces vagues de tensions, d’épreuves, de difficultés, je parvins, à être aguerris de ce que l’Esprit de Dieu me motivait par le fabuleux Psaume 37 du Roi David.

Précisément dans ce Psaume, il y a une parole marquante qui captivait mon esprit.

En effet, le Roi David affirme ceci au verset 25 : « j’ai été jeune, j’ai vieilli ; et je n’ai point vu le juste abandonné, ni sa postérité mendiant son pain. ».

À vrai dire, le Roi David était un homme d’engagement. Et de la bergerie à la tête d’Israël, la fidélité de Dieu, lui fut témoignée (Psaumes 89 :21-30). Par la suite, sa descendance fut pleinement bénie. Et, nous avons pour exemple son fils Salomon (2Chroniques 1 :11-12).

Alors, comprenez que c’est de façon fondée qu’il a affirmé cette phrase ci-dessus.

Ainsi, une idée me parvins à l’esprit : Dieu n’est pas injuste pour oublier le travail et l’amour que nous ses enfants, nous lui montrons. Persévérons donc dans cet élan, Il nous récompensera dans la mesure où, Il à une bénédiction pour chacun de nous, et que cela se renouvelle sans cesse (Lamentations 3 :22-23).

 

C’est vrai que souvent, le diable viendra vous causer du tort. Mais sachez que Dieu ne saurait rester sans réagir. Faites-lui plutôt confiance au lieu de vous laisser entraîner par des vagues d’inquiétude qui ne peuvent rien changer (Luc 12 :25).

Oui, le malheur atteint souvent le juste, mais l’Eternel l’en délivre toujours (Psaumes 34 :20).

 

Eu égard à tout ce soutien indéfectible que l’Esprit de Dieu m’apporta, je fus donc comblé de joie. Ainsi, je pus donc dire que de l’affliction, je fus parvenu à la gaieté et bien même à la paix.

Cette allégresse qui m’animait, me conduisit par conséquent à accepter après ma conversion, le baptême de notre Seigneur Jésus Christ pour mon salut (Marc 16 :16).

C’est dans cette optique, que je fus baptisé par le Docteur Patrick Ebed du “Centre Compassion”, le 9 décembre 2006 à Bassam, ville côtière de la Cote D’ivoire. Ainsi, j’officialisais donc mon alliance, ma relation avec Dieu par le biais de Jésus Christ de Nazareth.

Je suis devenu alors un croyant engagé. Et à ce propos, le Docteur Gerhard Bergmann disait : « est croyant celui qui a pris dans sa vie une décision personnelle pour Jésus Christ, le reconnaissant comme Seigneur de sa vie ».

Louez l’Eternel, car Il est bon, car sa miséricorde dure à  toujours !

Louez le Dieu des Cieux, car sa magnanimité dure à jamais !

Amen ! Amen ! Amen !

 

Concernant mes études, trois ans après mon Baccalauréat en Lettres, un bilan négatif s’imposait à moi du fait de mon insuccès au BTS, option transport logistique. Après ces cas de non-réussite, je fus donc livré à moi-même quant à mon avenir scolaire. Ainsi, je me demandais, s’il fallait passer un test d’entrée à la fonction publique avec ce Baccalauréat que j’avais ou bien faire autre chose ?

Je m’arrêtais donc à ce niveau, sans savoir véritablement où m’orienter.

C’est ainsi, que le Saint-Esprit, suscitera en moi l’envie de reprendre pour une troisième fois le BTS en 2007 comme candidat libre. Mais suivez-moi bien.

Dans cette révélation du Saint-Esprit, il était question de reprendre le BTS, en changeant de filière, opter pour la communication d’entreprise. Là, j’ai commencé à me questionner :

Comment est-ce que je pourrais m’en sortir avec un BTS pour lequel, je n’ai pas suivi de formation ? Encore, comment est-ce que j’allais le préparer du fait que je ne disposais pas de cours concernant cette filière ?

Mais en cela, l’Esprit de Dieu me fit comprendre ceci : notre Dieu, Créateur du ciel et de la terre, était-Il incapable de m’accorder un tel BTS ? (Jérémie 32 :27).

N’est-ce pas lui qui nous relève lorsque nous sommes abattus ?

N’est-ce pas lui qui nous accorde le succès, la victoire lorsque par nos propres moyens, nous ne pouvons y arriver ? Encore, que dirais-je face à la puissance incommensurable du Dieu Vivant ?

Cette avalanche d’interrogations, n’avait d’autre visée que de permettre à ma foi d’aller crescendo. Ainsi, sous la férule du Saint-Esprit, rien ne m’effrayait maintenant dans la conquête d’un BTS que je qualifiais  d’inconnu de ce que j’étais devenu preux.

 

Je commençais donc à m’organiser afin d’être dans les conditions requises pour ce BTS.

En effet, dans mes démarches, il arrivait parfois que certaines personnes allaient jusqu’à me traiter de fou parce que pour elles, je déraisonnais. Sinon comment comprendre qu’une personne qui échoue par deux fois à un BTS pour lequel, il a étudié pendant trois ans, ose se lancer dans un autre BTS, où il n’a aucune connaissance, expérience, formation, disaient-elles.

Au fait, c’était pour moi un défi, un challenge que je voulais à tout prix relever de ce que Dieu était avec moi. Oui, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? (Romains 8 :31).

Aussi, il faut comprendre qu’en toute chose, nous sommes plus que vainqueurs par Jésus Christ (Romains 8 :37).

Je ne voulais cependant pas permettre à qui que ce soit, de gâcher cette merveilleuse expérience que je vivais avec Jésus Christ. J’avais confiance entièrement en lui et c’était ma foi. Et oui, P. Valloton, dans “le Christ et la foi”, à la page 34 affirme : « l’essence de la foi consiste dans une entière confiance en Dieu ».

 

Je voudrais bien encore ouvrir une parenthèse chers lecteurs afin de vous amener à cerner ce qui suivra :

Lorsque notre Seigneur Jésus Christ, se montre à une personne en lui faisant part d’une vision, sachez également qu’Il lui donnera toutes les provisions adéquates pour la voir ainsi réaliser cette vision. En un mot, je voudrais tout simplement vous faire comprendre qu’il n’y a pas de vision sans provision si cela vient véritablement de Dieu (Exode 3 / Exode 4).

 

Encore, sachez que dès la connaissance de votre vision, des gens de mauvaise moralité, n’hésiteront pas à se moquer de vous dans l’unique but de vous voir vous décourager et renoncer à cela.

À cet effet, sachez qu’il n’y a pas de vision, ni d’objectif impossible avec Jésus. Mais, il n’y a que des personnes abattues qui ont perdu espoir. Aussi, notre Dieu concrétise toujours ses promesses à notre égard. Ne vous laissez donc pas avoir chers amis par cette ruse du diable qui ne veut que vous rendre oisifs et malheureux. Faites cependant attention!

Souvenez-vous du cas de notre Seigneur à la croix. En le voyant au calvaire, des gens se moquaient de lui sans gêne (Marc 15 :29-32).

Cependant, étant Dieu, Il était alors capable de réagir. Il a d’ailleurs attesté cela lors de son arrestation en admonestant Simon Pierre (Matthieu 26 :51-54).

Mais,  sa vision était que par son sacrifice à la croix, toi et moi, nous soyons sauvés.

Donc, en aucun cas Jésus allait permettre à une quelconque personne de s’imposer à cela (Marc 8 :31-33).

Alors, retenez ceci bien-aimés :

Lorsque vous recevez une vision, cela a pour unique fin de vous rendre heureux, vous et vos proches (Genèse 45 :4-5). Donc, opposez-vous avec rage à Satan pour ne pas le voir, vous soutirer cette aubaine de ce que cela y va de votre intérêt.

 

En dépit des railleries, mon intrépidité m’amenait incessamment à croire à la réalisation, à la possibilité d’un tel miracle dans ma vie. Mais, pour que cela soit effectif, il me fallait jouer ma partition, ce qui revenait à bosser et à établir un plan de préparation approprié.

Ne dit-on pas que celui qui veut aller loin, ménage sa monture ?

Oui, à tes résolutions, répondra le succès (Job 22 :28).

Je me suis mis donc à chercher tous les documents qu’il fallait. Seulement, j’ai pu obtenir qu’un seul cours de la part d’une connaissance.

Après, je conclus que c’était une ruse du diable qui voulait me distraire à tout prix.

Mais étant loin de me résigner, je poursuivis donc mon chemin jusqu’à ce que j’arrive chez une autre sœur qui elle, avait déjà obtenu son BTS en communication d’entreprise depuis belle lurette. Elle disposait cependant des cours de 1999. Il fallait alors chers amis, pour ma part, de chercher à actualiser ces cours puisqu’on était en 2007. Et cela faisait 8 ans.

Il y avait par conséquent, de quoi à s’inquiéter.

 

Mais comprenez chers bien-aimés, que notre Dieu, est capable de bénir par exemple, une personne à partir de rien afin qu’elle parvienne à un stade qui suscitera donc l’ébahissement de tout le monde. Oui, c’est de cette manière que Dieu opère afin que toute la gloire lui revienne, lui qui règne d’éternité en éternité.

Souvenez-vous cependant de Joseph, l’un des douze (12) fils de Jacob qui d’un simple songe, fut parvenu à la tête de la primature Egyptienne. Rappelez-vous aussi d’Abraham, qui par un seul fils Isaac, fut père d’une multitude de nations. Et que dirai-je encore ?

Car le temps me manque pour parler, du Roi David, de Jacob, de Samson, de Gédéon, qui sans de grands moyens, ont marqué merveilleusement leur génération, leur époque jusqu’à être des héros.

Ainsi, ne soyez donc pas diminués ou anéantis à cause de ce que vous êtes ou de ce que vous avez aujourd’hui, car cela ne saurait en aucun cas déterminer votre avenir ou votre bonheur.

 

Cependant, revêtez-vous de la foi qui n’échoue jamais et qui vous donnera d’être agréables aux yeux de Dieu pour toujours (Hébreux 11 :6).

 

Oui, avec ces cours de 1999, je compris alors que le miracle était possible dans la mesure où, Dieu ne cessait de me témoigner de sa fidélité. Et cela s’est démontré remarquablement dans un songe où, Il m’a indiqué mon centre de composition bien avant que je ne retire ma convocation et que, je ne sache quoi que ce soit à ce sujet.

Plus tard, je fus donc convaincu de la véracité de cette révélation dont Dieu m’avait fait voir. Et cela, lorsque je retirais ma convocation et que j’allais effectivement composer dans le centre qui m’a été montré en songe. Bien avant que ce signe ne se produise pour m’inciter à persévérer dans ce que j’avais déjà entrepris quant à mon BTS, je me retirais chez ma grand-mère afin de pouvoir mieux étudier.

J’ai donc établi un programme suivant mon emploi du temps. J’avais donc des moments d’étude d’une part. D’autre part, des moments de prière et jeûne.

Je me suis permis d’adopter cette stratégie, parce qu’il faudrait que nous les enfants de Dieu, nous sachions faire la part des choses.

Alors, il nous importe de mettre en pratique dans toutes nos préparations, la combinaison gagnante, qui n’est rien d’autre que l’agencement des études, prières et jeûnes.

Proprement dit, les jeûnes et prières nous donnent la faveur de Dieu et nous permettent de neutraliser toutes les œu

vres maléfiques décrétées contre nous afin de ne pas être une proie facile pour nos détracteurs.

Souvenez-vous de la Reine Esther, qui par le jeûne et la prière, délivra son peuple de la main du cruel Haman (Esther).

 

Dans ce contexte, j’arrivais à bosser paisiblement et à mieux préparer mon examen jusqu’à ce que je finisse de composer officiellement.

Après donc cela, je rentrais rapidement à Abobo-Té à cause de notre cellule de prière dans laquelle, je jouais un rôle important. J’étais en effet vice responsable de cette cellule de prière. Alors, je ne pouvais pas me permettre de m’absenter aussi longtemps.

Il fallait donc que je m’imprègne davantage dans les choses de Dieu afin qu’Il soit fier de m’avoir comme fils et serviteur, et qu’Il me confie aussi de grandes tâches (Matthieu 25 :21). Aussi, l’œuvre de Dieu, était et demeure pour moi, semblable à des délices que je prends toujours plaisir à savourer. Ainsi, je ne pouvais que m’abandonner à Dieu en ces mêmes termes de l’évangéliste Steinberger, dans ses “petites lumières” :

Seigneur,

Je me livre à toi : esprit, âme et corps ;

Avec tout ce que je suis,

Et tout ce que je possède.

Prends-moi et fais de moi ta possession,

Une fois pour toute,

Complètement et pour toujours.

Je veux être dans le monde ce que tu étais toi-même.

Tu perdis la vie.


 

Je veux me séparer de tout ce qui s’appelle péché et vivre propre,

Jusqu’à la limite de ma vie extérieure,

Me comporter selon l’esprit de ton abaissement et de ta pauvreté.

La règle de ma vie sera donc : rien pour moi !

Ma jouissance : accomplir ta volonté !

Ma parure : ta pauvreté et ton humilité !

Le but de ma vie : devenir semblable à toi, Agneau de Dieu !

Mon espérance : ton retour.

 

Quelques jours après, Dieu se révéla encore à moi par le truchement d’un songe dans lequel, Il me fit voir mon admission au BTS.

Oui, comprenez que l’Eternel, ne fait rien sans révéler cela à ses enfants que nous sommes (Amos 3 :7).

Quelques semaines plus tard, pendant que j’étais encore en prière à la cellule, il eu la proclamation des résultats. Et ce n’est qu’après notre moment de prière, que je fus informé par mon cousin.

Aussitôt, nous allâmes chercher les résultats. Mais pour des raisons techniques, on a pu vérifier les résultats. Le lendemain, on était encore à la charge. C’est ainsi, qu’on a pu voir les résultats. J’étais officiellement admis à ce BTS, option communication d’entreprise.

 

Gloire à Dieu au plus haut des cieux !

Je bénis alors l’Eternel pour cette grâce exceptionnelle dont Il me fit part, de ce qu’Il me releva de la honte, de l’humiliation à tous égards.

Oui, mes détracteurs étaient à cet instant confus et troublés.

 

Et là, je compris qu’avoir la foi était comme le disait le Père des orphelins de Bristol, Georges Müller : « le fait de prendre Dieu au mot ; d’être satisfait de sa simple parole, l’accepter comme certaine et devant s’accomplir ».

 

Ainsi, j’admettais le fait qu’il y avait un temps pour tout, un temps pour toute chose sous les cieux :

« Un temps pour pleurer, et un temps pour rire ; un temps pour se lamenter, et un temps pour danser. » (Ecclésiaste 3 :4).

Oui, de l’échec, je parvins donc à la réussite après 4 ans. Il y avait de quoi à se réjouir, surtout que c’était un prodige que Dieu avait accompli dans ma vie.

 

Retenez bien ceci, chers lecteurs :

À vous qui peut-être aviez échoué par plusieurs fois à un examen ou concours, je vous exhorte donc à ne point vous désespérer.

 Retenez donc vos pleurs, retenez les larmes de vos yeux ; car il y aura un salaire pour vos œuvres (Jérémie 31 :16).

« Celui qui a planté l’oreille n’entendrait-il pas ? Celui qui a formé l’œil ne verrait-Il pas ? » (Psaumes 94 :9).

L’Eternel connaît les projets qu’Il a formulés pour nous. Ce sont des projets de paix et non de malheur, afin de nous donner un avenir et de l’espérance (Jérémie 29 :11).

 

Sachez alors que si vous demeurez fidèles, ces paroles s’accompliront vraisemblablement dans votre vie.

« Ainsi en est-il de ma parole, qui sort de ma bouche : elle ne retourne point à moi sans effet, sans avoir exécuté ma volonté et accompli mes desseins. Oui, vous sortirez avec joie, et vous serez conduits en paix ; les montagnes et les collines éclateront d’allégresse devant vous, et tous les arbres de la campagne battront des mains. » (Esaïe 55 :11-12).

« Car l’Eternel est bon ; sa bonté dure toujours, et sa fidélité de génération en génération. » (Psaumes 100 :5).

 

Quelques mois plus tard, j’obtins un stage rémunéré dans une entreprise de la place.

Peu après, je fus prit comme enseignant stagiaire dans une école privée.

Oui, je pouvais tout simplement dire qu’ainsi, l’excellence de Dieu se déclenchait dans ma vie. Et ce jusqu’à ce jour. De là, je compris que Dieu est tout simplement merveilleux et fidèle à ses enfants que nous sommes. Notre foi n’est donc pas vaine. Tenons bons et le meilleur viendra chers frères et sœurs.


٭   ٭

٭

Serait-il possible de résumer en un mot l’essentiel de cet ouvrage et d’en retenir une conclusion si importante pour chacun de nous ?

Bien évidemment que j’essayerais de le faire à travers ces phrases suivantes :

J’ai péché, j’ai violé la justice de Dieu, et je n’est pas été puni comme je le méritais, comme cela se devait ; l’Eternel dans sa magnanimité, a délivré mon âme pour qu’elle ne demeure point pour toujours dans le cœur des ténèbres, mais qu’elle soit éclairée de la lumière des vivants, de ses saints afin que ma vie soit marquée d’un avenir radieux et d‘excellence.

« Oui, ceux qui se confient en l’Eternel sont comme la montagne de Sion : elle ne chancelle point, elle est affermie pour toujours. Des montagnes entourent Jérusalem ; ainsi l’Eternel entoure son peuple, dès maintenant et à jamais. » (Psaumes 125 :1-2).

Soyez donc dans la volonté de Dieu ! Amen ! Amen ! Amen !

…………………………………………………………………………

 

Bénis soit l’Eternel de ce qu’Il m’a doté d’une mémoire suffisamment forte pour la rédaction de ce joyau.

Je souhaite ardemment que par le truchement de ce témoignage, toute personne sans distinction aucune sache comme moi, ce que Jésus Christ est capable de faire pour notre bien-être si nous croyons en lui.

 

GLOIRE ET HONNEUR AU DIEU VIVANT JESUS CHRIST DE NAZARETH ! 

 

N’GUESSAN  A. ULRICH GUY GHISLAIN

Frère en Christ.

00 225 06 757 711

guynguessan@gmail.com

vivre-c-est-christ-copie-1.gif
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Prophète Paul Emile Okoka 17/08/2009 18:29





Bien Chers Compatriotes
Et Frères en Christ;
 
Shalom!
 
Nous vivons dans une époque où tout change très rapidement, le monde est ébranlé de toutes parts, tant par des cataclysmes naturels que dans le monde économique,politique et religieux, seul Dieu à travers sa Parole est demeuré le même, la Bible est le livre le plus ancien du monde et Il se trouve être toujours d’actualité: aucune modification ou changement n’y a été apporté, Dieu parle toujours de la même façon, à travers des hommes qu’Il a choisi pour leur confier une charge particulière en accord avec sa Parole.
 
C’est la raison pour laquelle nous croyons que Dieu a envoyé frère Paul Emile Okoka du Congo RD en notre temps pour un ministère particulier pour la Restauration et Liberation de l'Afrique de son esclavage spirituel par le culte de personnalité, la dictature de la religion chrétienne qu'on lui a imposé dépuis cinq siècles, la seduction et l'amour de l'argent, à travers deux visions en présence des témoins et confirmé par les écrittures suivantes: Actes 26:16-18 & Actes 9:15-16, de la même manière qu’Il avait choisi Paul de façon surnaturelle, afin d’apporter ses bénédictions aux assemblées de disciples de Jésus à travers le monde, cela est confirmé à travers toute la Bible, Dieu a toujours parlé à travers d’hommes désignés par Lui-même pour une tâche particulière, plusieurs de ces hommes ont été connus dans les diverses églises libres ou nationales comme des réformateurs.
 
Parce que nous vivons dans un temps prophétique où diverses prophéties de l’Ecriture s’accomplissent sous nos yeux, dans ces derniers jours Dieu selon le fondement de sa Parole et de ses promesses Dieu a envoyé non pas un réformateur mais un véritable prophète ignorant sans instruction, ni aucune formation et école biblique car moi qui étais auparavant un blasphémateur, un persécuteur, un homme ivrogne, clochard et sans domicile fixe à la gare de trains à Milan connu de tous, mais il m'a été fait miséricorde parce que j'agissais par ignorance dans l'incrédulité.
 
Pour frère Paul Emile Okoka, la Bible est l’absolu de Dieu, il dit souvent dans ses courriels inspirés à travers le network: «Mes paroles sont des paroles d’homme, elles peuvent manquer, mais les paroles de Dieu que je prononce sont infaillibles et demeurent pour l’Eternité», c’est également la raison pour laquelle nous vous invitons à lire les courriels inspirés de frère Paul Emile Okoka, en les mettant en relation avec les Ecritures et en vous laissant conduire par le Saint-Esprit, il est évident que nous proclamons et prechons Jésus-Christ et sa Parole et non pas des credo ou des enseignements d’hommes, nous ne sommes pas des catholiques, protestants, évangéliques, pentecotistes étc..., mais des disciples de Jésus-Christ, de ceux qui marchent avec Lui, ceux qui vivent sur cette terre comme Lui a vecu selon l'éthique et morale de Dieu, ceux qui sont devenus lumière comme Lui est lumière et ont cessé d'etre de créatures, là où il y a lumière les ténèbres ne peuvent que disparaitre.
 
Dieu prend néanmoins toujours soin de Sa parole et de ceux qui Le recherchent avec un coeur sincère, il est écrit dans: 2 Pierre 3:14-18 que nous devons être sur nos gardes, de peur d’être entraînés par des impies, mais que nous devons croître dans la grâce et la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, Dieu nous a révélé la plénitude de Sa parole dans ces temps de la fin, car le cycle du temps arrive à son terme, nous ne connaissons ni le jour, ni l’heure, mais nous devons nous préparer pour son retour.
 
Que Dieu vos bénisse abondamment en Jésus-Christ,
 
Frère Paul Emile Okoka(Congo RD)
 
Ministère Prophétique Evangélisation Mondiale
Proclamation Du Plein Evangile De Derniers Jours
Via Marconi,21
25020San Paolo(Brescia)
ITALIE/TEL: +39-030-9979319 & +39-339-1792321
e-mail: okokaemile@yahoo.fr